Ca y’est. Après des semaines de résistance, la Grèce n’a pas tenu le choc des marchés et a décidé officiellement il y a quelques heures de demander l’activation de l’aide promis par les pays membres de la zone euro et du FMI.

Cette aide, qui avait pour objectif de ne jamais être activée, prévoit des prêts d’environ 45 milliards d’euros, à un taux préférentiel de 5%. Il faut dire qu’à côté des taux que devait payer la Grèce pour l’émission de ses bons du trésor à 10 ans, il n’y a donc aucune comparaison. Le record en séance des taux du 10 ans pour la Grèce aura été de 8.8%.

D’emblée, cette annonce a soulagé les marchés. Les valeurs bancaires se sont retournées à la hausse, comme l’ensemble des valeurs en général. A 14h, le CAC 40 s’établissait à +0.68% (3950 points). Renault, après la publication de bons chiffres sur le secteur et pour le groupe Renault-Nissan, s’envole à 14h à plus de 6%.