Le Monde titrait dans un de ses articles sur le net, « Aux grands maux, les grands remèdes ». Et effectivement, il aura fallu mettre sur la table 750 milliards d’euros pour calmer la tempête boursière de ces derniers jours. La surprise est venue dans la nuit de dimanche à lundi, suite à plusieurs heures de réunions des ministres des finances des Etats de l’UE.

 

020531009454_web

(source : AFP)


Même les économistes les plus optimistes ont été surpris. La somme de 750 milliards d’euros de garantie apportée par les pays de l’UE et par le FMI pour venir en cas de besoin en aide aux pays de la zone euro, a calmé tout le monde, à commencer par les marchés. Partout en Europe, les indices boursiers ont été euphoriques, battant de véritables records. Le CAC 40 a progressé de 9,66%, le DAX 30 de 5,30%, le FTSE de 5,16%. Du côté des « PIGS », la bourse de Madrid s’est envolée à plus de 14% quand Athènes clôturait à plus de 9%. Bref, les investisseurs (une fois n’est pas coutume) ont salué avec enthousiasme les décisions prises par les gouvernements européens.

 

La décision en question concerne donc des prêts pour une somme totale de 750 milliards sous forme de garanties. Cela signifie que ces prêts seront actifs uniquement en cas de besoins des pays de la zone euro. Cette aide n’est donc pas censée être activée ! Autrement dit, elle ne résout évidemment pas le problème des dettes. Cela a quand même suffit pour rassurer les marchés sur un éventuel risque de contagion en zone euro.

A noter que la part de la France est d’environ 90 milliards d’euros. Beau chiffre, surtout lorsque l’on est déjà endetté jusqu’au cou.

 

Les investisseurs qui ont des valeurs bancaires en portefeuilles ont du passer une journée agréable. Ces valeurs ont porté le CAC vers l’avant, la Société Générale, la BNP et le Crédit Agricole s’envolant respectivement à près de 24%, 20,90% et 18,65%.